Actualité

Sous traitance des lignes

Sous-traitées, des lignes de bus régulières pendant l’activité partielle est ce légal,est ce moral ?

La direction est censée nous montrer la voie sur les pratiques vertueuses, mais comme dit le proverbe les donneurs de leçons pullulent et les montreurs d’exemple sont rares.

Pendant que ses salariés sont placés en chômage partiel rémunérée par l’état à hauteur de 84% du net avec perte de salaire , la direction fait exploiter une partie du réseau par la sous traitance à quel prix ?

FO exige des explications sur la sous-traitance de la ligne 8 effectué par une société d’autocariste alors que nous sommes en activité partielle, pour rappel la note obscure produite par la direction qui fixe le cadre de l’activité partielle a été rejeté à la majorité des membres élu du CSE.

La direction, s’est elle assurée que les mesures de sécurité sanitaires ont bien été appliqués par le sous-traitant qui transporte nos usagers ?

FO constate de plus en plus de dérives dans le dialogue social qui s’est encore plus dégradé depuis septembre 2018.

La rétention d’informations, le manque de confiance sont les talismans de la direction .

La direction applique une pseudo-transparence (social ,organisation du travail, économique …) qui exclues les aspects les plus déterminants et stratégiques que nous sommes en droit d’obtenir pour évaluer la situation réelle de l’entreprise et contribuer de façon active à son fonctionnement.

La direction pratique la politique du fait accompli. Tout nous laisse penser qu’elle est en train de profiter de la situation liée au covid-19 pour gérer l’entreprise dans le sens de ses intérêts au mépris du cadre légal, des prérogatives et des consultations préalable obligatoire à effectuer avec les instances représentatives du personnel.

FO signale à la direction qu’elle n’est pas au-dessus des lois !

Le constat est sans équivoque, il met en évidence le paradoxe entre leurs paroles et leurs actes.

FO réclame un changement radical dans les pratiques des relations sociales aux risques d’un conflit social majeur qui ne sera pas propices dans le contexte actuel COVID-19, mais dont la direction aura elle-même créé les causes et en portera la responsabilité.

FO tire la sonnette d’alarme, vaut mieux prévenir que guérir.

FO prévient la direction qu’elle se battra contre la régression sociale qu’elle semble préparer en coulisse.