Dossiers santé

Les ralentisseurs

Ralentisseurs: les conducteurs de Soléa en ont plein le dos.

Les décideurs politiques de l’agglomération de M2A ont choisi les tracées des lignes du nouveau réseau , mais ont ils pensés à la santé des conducteurs,au confort des usagers et à la préservation du matériel roulant ?

Nous  pouvons considérer que non, puisque qu’un nombre très important de dos d’âne fleurissent sur les parcours qu’emprunteront nos bus à la rentrée de septembre.

Le coût totale est exorbitant, (arrêt de travail, maladies professionnelles, dégradation des véhicules fréquences des maintenances et dépannages etc  ). Nos politiques devraient le chiffrer, eux qui sont obsédés par l’efficience positive ( qualité d’un rendement servant à réaliser un objectif avec l’optimisation des moyens engagés) quand il s’agit de déployer des moyens pour les services publics et paradoxalement plus que généreux quand il s’agit d’entretenir leur train de vie plus que confortable.

« l’agglomération  ne semble pas avoir une réelle volonté de se conformer à la loi » .L’implantation des ralentisseurs est interdite dans certaines zones et est strictement réglementée selon ce décret :

  • sur des voies où le trafic est supérieur à 3000 véhicules en moyenne par jour,
  • sur les voies de desserte de transport public de personnes ainsi que celles desservant des centres de secours (sauf accord des services concernés),
  • à moins de 200 mètres des limites d’une agglomération ou d’une section de route à 70 km/h,
  • sur les voies dont la pente est supérieure à 4%,
  • dans les virages de rayon inférieur à 200 mètres et en sortie de virages à une distance de moins de 40 mètres,
  • sur ou dans un ouvrage d’art (pont, tunnel…) et à moins de 25 mètres de part et d’autre.

Témoignage d’un conducteur du réseau du Sud

Des solutions alternatives existent. Des ralentisseurs intelligents qui s’activent seulement si la vitesse n’est pas respectée.

Laisser un commentaire