Retraites. 92 000 manifestants en France
La dixième journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites
Le Mans.
Les salariés de la Setram expliquent les raisons de la grève au public
Grand Avignon
Les syndicats promettent un mois de "décembre noir" dans les transports en commun
Montpellier
Une "grève historique" des salariés de la TaM

Toute l'actualité

Quel bilan tirer de cette journée de mobilisation ?

La vérité si je mens !
le scénario retenue par la direction face aux journalistes

Retour sur la journée de mobilisation du 12 Septembre 2022

Le taux de participation à la grève organisée ce lundi 12 septembre, à l’appel de FO et de la CGT, s’est avérée moyennement suivie. Il est évident, que nous aurions souhaité “être plus nombreux pour inverser le rapport de force ”. Nous ne pouvons en porter grief à tous ceux qui étaient présents ce jour là. Profitons en pour les en remercier. Ils ont eu le courage de s’exprimer !

Lors de cette journée,nous avons recensé plus de 73 grévistes, dont la grande majorité était issue du personnel de conduite. Rapporté à l’ensemble de la catégorie la plus représentée (70/370) , nous étions au alentour de 19% de l’effectif de conduite, le taux de mobilisation quant à lui sur le terrain  (nombre de grévistes présent pour manifester) variait  à certain moment de la matinée pour atteindre 52% à son pic. A quoi il convient d’ajouter un taux d’absentéisme relativement élevé et qui a y regarder de plus près s’apparente à une autre forme d’expression du malaise social actuel.

C’est pourquoi, il conviendra à la direction de s’en expliquer, car comment est-il possible de relater à l’antenne que le trafic a été très peu perturbé, voir à la normal avec autant de personnel sur la touche.(lire extrait ci-dessous)

Dixit la direction à l’antenne

” L’impact sur le réseau a été relativement réduit…..mais globalement nous avons un réseau qui fonctionne quasiment à plein”

NTV 68 était en direct

Rendons à César ce qui lui appartient, il est vrai que la direction a pris certaines dispositions,elle avait sollicité plus que d’accoutumer des conducteurs en heures supplémentaires et contraint d’autres à décaler leur repos hebdomadaire à un autre jour de la semaine. Ce qui n’est pas un mode opératoire nouveau, il est courant d’y recourir .Mais même avec la mise en place de ce dispositif, et lors de situation de trafic normal ,c’est aujourd’hui insuffisant pour couvrir la totalité de l’offre. On observe depuis plusieurs mois, un autre phénomène ,celui de la multiplication des services  non couverts ! Qui dit services en moins , dit des bus qui ne passeront pas aux horaires annoncés..

Donc non ,les syndicats tiennent à démentir le communique du directeur,  il n’a pas été transparent, il a volontairement minimisé l’impact pour ne pas inquiéter l’usager et décrédibiliser la légitimité du mouvement . En toute honnêteté et par respect aux utilisateurs des transports, l’offre aurait du être annoncé réduite à 25%. Cela leur aurait permis de mieux anticiper leur déplacement.

A cela, nous en tirons un second constat, plus triste et amer celui ci, il s’adresse au non gréviste.

En ne prenant pas part MASSIVEMENT au mouvement, tout ce personnel n’a fait que renforcer la conviction de la direction qu’elle a eu raison de camper sur sa position. Ce qui en soit est fort regrettable car l’on sait que la grande majorité de ceux qui se sont exprimés lorsque nous les avions consultés, se disaient insatisfaits de leurs conditions de travail et de la revalorisation salariale 2022. C’est difficilement compréhensible …  

Il nous semble important et capital de rappeler que nos acquis depuis la nuit des temps n’ont jamais été accordés de bonne grâce par le patronat. Le combat social qui est mené aujourd’hui est celui de tous et non celui d’une minorité. Dans ce genre de situation, nous portons le collectif et non les intérêts individuels. Nous n’avons jamais vu de MÉMOIRE DE SYNDICALISTE, une direction quel qu’elles soit OCTROYER des augmentations sans que les salariés les revendiquent et y aillent les chercher…Ce genre de scénario, ça n’existe que chez les vendeurs de rêves de syndicats dit de coalisions pro direction. Chacun comprendra ce qu’il veut !     

On vient de vous le démontrer, tout a été fait pour masquer le conflit, voir minimiser l’impact de la grève.

Une bataille de communication !

Le discours du directeur face aux journalistes s’est voulu des plus rassurant. Le contraire aurait été étonnant, il reste fidèle à lui-même.

Plutôt que de rechercher des solutions de sortie de crise et tenter de trouver des réponses aux revendications légitime des salariés, il a préféré s’employer à faire ce qu’il sait faire le mieux, donner une image policée avec l’illusion que tout va parfaitement bien.

Malgré tous les artifices déployés par la direction, nos objectifs ont été atteints, alerter la population et le grand public du mal être profond et de la condition des salariés de SOLEA, mais aussi l’opinion que leur service public,leur transport se dégrade.

Que les administrés de l’agglomération Mulhousienne ne se trompent pas, l’autorité organisatrice M2A porte la lourde responsabilité dans la décadence du service de transport public rendu à l’usager , d’une part en ne mettant pas les moyens financiers dimensionnés aux enjeux de la qualité et du développement du transport urbain de voyageur indissociable de la prise en compte du volet social et humain et d’autre part en confiant la gestion de ce transport au délégataire Transdev. 

 

Nous sommes en train de réfléchir avec votre aide sur la mise en place de nouvelles actions afin que nos revendications légitimes aboutissent à des résultats satisfaisant !

En attendant, nous sommes présents au front pour défendre les intérêts des salariés, et nous restons à votre écoute pour toutes questions ou difficultés.

Bien entendu, si vous ressentez les moindres pressions, représailles ou convocations pour votre participation NÉCESSAIRE et DE PLEIN DROIT à la grève, merci de vous faire connaître auprès de vos représentants :

Toute l’équipe FO reste mobilisé pour vos intérêts,

“Il est encore possible de faire bouger les lignes”

“Ce n’est pas terminé, ce n’est jamais terminé”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

97 Rue de la Mertzau 68100 Mulhouse.

Tel: 06-50-59-19-66

Pourquoi adhérer à FO

Newsletter

Restez informé de nos dernières actualités, recevez toute l’info.

© Force Ouvrière SOLEA 2020 — tous droits réservés

Se connecter

Merci de nous faire un retour à propos de notre site