Actualité

Covid-19 : ce qu’il faut savoir sur l’arrêt de travail «immédiat»


Covid-19 : ce qu’il faut savoir sur l’arrêt de travail «immédiat»

A compter du 10 janvier, les salariés pourront se prescrire eux-mêmes un arrêt de travail automatique sur le site de leur caisse d’assurance maladie en cas de symptômes ou s’ils sont cas contact. Sont écartées de ce dispositif les personnes en télétravail ou qui peuvent effectuer leurs tâches à domicile.

A partir du 10 janvier, une personne présentant des symptômes ou considérée comme cas contact pourra s’inscrire sur le site de l’Assurance maladie afin d’obtenir un arrêt de travail « immédiat »

Le but de cette mesure est double : éviter l’engorgement des cabinets de médecins, qui font face ces derniers jours à une forte hausse des demandes de rendez-vous de malades du Covid-19. Mais aussi isoler plus rapidement des personnes susceptibles d’être porteuses du virus. Le dispositif est prévu dans un premier temps jusqu’au 31 mars.

Comment ça marche ?

Plus besoin de prendre rendez-vous chez son médecin pour obtenir la feuille d’arrêt maladie. Il suffira de se faire une sorte d’auto prescription en se déclarant en ligne ( declare.ameli.fr ou declare.msa.fr ). Un arrêt de travail d’une durée de sept jours sera délivré automatiquement. Le malade doit s’engager à réaliser un test antigénique ou RT-PCR dans les deux jours suivants.

« Afin d’inciter au maximum les personnes présentant des symptômes à rester isolées à leur domicile, elles pourront bénéficier d’indemnités journalières et du complément employeur sans délai de carence ou de conditions d’ouverture du droit, lorsqu’elles sont testées positives à la Covid-19 ou dès lors qu’elles sont symptomatiques, dans l’attente du résultat de leur test.

Le malade ne sera pas pour autant livré à lui-même. Un agent de l’Assurance maladie l’accompagne par téléphone, tout au long de sa convalescence. L’organisme précise qu’il procédera à un suivi systématique « avec deux à trois appels téléphoniques » au cours de la période. A partir du 20 janvier, une visite à domicile par un infirmier sera également proposée à la personne qui s’est autodéclarée.

Attention : Les salariés en télétravail devront aller chez le médecin

Attention, ce dispositif simplifié ne bénéficie pas à toutes les personnes. Il y a une condition : « si elles ne sont pas en mesure de continuer à travailler depuis leur domicile ». Autrement dit, les salariés qui peuvent effectuer leurs tâches chez eux, ou ceux qui sont actuellement en télétravail, ne sont pas concernés par cette automaticité. Pour ces derniers, il faut continuer de passer par la case du médecin généraliste, comme c’était le cas auparavant.

Pour rappel, les personnes identifiées comme cas contact peuvent déjà faire une demande d’arrêt de travail en ligne, via le site déclare.ameli.fr, qui est exonéré de jour de carence depuis le printemps.